J̇ulien Leρɑɡe

Retour   Retour


Amour et amnésie
Peter Segal
2004

Précédent
Suivant
Amour et amnésieSur le papier, Amour et amnésie a tout pour être une comédie américaine lourdingue sans intérêt. On retrouve Peter Segal à la réalisation ; lui qui n’avait alors jamais brillé, puisqu’il était l’auteur, entre autres, de Y a-t-il un flic pour sauver Hollywood ?, sorti 10 ans plus tôt, puis de La famille Foldingue (ça se passe de commentaire) ou encore du très mauvais Self control (rater un film avec Jack Nicholson en tête d’affiche, il fallait le faire !). Côté casting, on retrouve au premier rôle le pitoyable Adam Sandler, accompagné par l’inutile Rob Schneider, et, en vedette féminine, Drew Barrymore, qui remonte un peu le niveau.

Pour ce qui est du scénario, celui-ci est tout aussi léger que bancal : un séducteur tombe amoureux d’une jolie fille qui, suite à un accident de voiture, a perdu toute mémoire à court terme. En clair, tous les matins, elle oublie ce qu’elle a fait la veille, et est donc persuadée, à chaque réveil, d’être le fameux jour de l’accident. De fait, le séducteur devra séduire cette fille qu’il aime à nouveau chaque jour, tel Bill Murray séduisant chaque jour Andie MacDowell dans Un jour sans fin.

Et alors, quel est le résultat de cette équation dont tous les termes sont à zéro ? Sans surprise, le film est nul. La véritable question à se poser est alors : mais pourquoi est-ce que j’aime tant ce film ?!

C’est là tout le paradoxe de ce métrage que j’ai dû voir une dizaine de fois sans parvenir à me lasser, et sans parvenir à retenir mes larmes une seule fois. Le film est objectivement mauvais, les acteurs sont à la rue, à l’exception d’un Sean Bean magistral, à mourir de rire, et le scénario ne tient pas la route un dixième de seconde !

Bref, je ne comprends pas pourquoi, mais j’adore ce film.

Note : 8 / 10

Vu le 14 décembre 2018




       


Julien Lepage
2018