Julien
Lepage

Retour   Retour


Astérix aux jeux olympiques
Thomas Langmann
2008

Précédent
Suivant
Astérix aux jeux olympiquesUn soir n'ayant pas grand chose à faire et n'ayant surtout pas envie de réfléchir, nous nous somme dit « tiens, si on allait voir Astérix ! » (Eh oui, c'est ça d'avoir un abonnement au cinéma… Aucun scrupule à aller voir des films, si nuls soient-ils). Bon, alors on entend dire qu'Astérix est nul… Soit… Mais bon, il y a probablement de quoi passer un bon moment, non ? Non ??? Ah non !
Les gags ratés se succèdent, les acteurs sont insipides, peu crédibles et pas du tout dans l'esprit de la bande dessinée. Benoît Poelvoorde est d'un ridicule absolu ! Son rôle ne lui va pas du tout, et il le sait. On le sent mal à l'aise, hésitant, et finalement navrant. Clovis Cornillac succède à Christian Clavier avec un peu plus de succès que son horripilant prédécesseur sans toutefois avoir le charisme d'Astérix qui tient dans cette histoire un rôle minime, effacé, comme chaque personnage finalement. Le spectateur n'a pas de repère : tout va très vite, mais dans aucune direction.
Stéphane Rousseau quant à lui peine à convaincre en gaulois avec son accent canadien dissimulé avec difficultés. Reste Alain Delon, qui colle assez bien à son rôle de César… Oui, mais sa réplique « Avé moi ! » lasse très rapidement… Au bout de la troisième fois, ça commence à être lourd, mais alors au bout de la dixième, c'est franchement insupportable ! Et finalement, c'est peut-être Michaël Schumacher qui fait le meilleur acteur en parvenant (lui) à ne pas en faire trop.
Au final, même si la comédie est ratée, ce n'est pas une catastrophe. Ça le devient au bout d'une heure et demi, alors que le film devrait se terminer, lorsque Jamel Debbouze arrive en scène… Là, le film part en vrille à toute allure. Élie Semoun, après avoir inventé le ballon (super !), le jette en l'air, puis il est renvoyé avec une poêle par Amélie Mauresmo. Élie annonce « j'appellerai ça le raquette-balle »… quelle bonne blague ! Que c'est drôle !
Soudain, Zidane récupère la balle… « j'appellerai ça le pied-balle »… Hum… C'est encore plus drôle que la première fois… Le coup de grâce est donné quand Tony Parker débarque… Ces dernières minutes sont insupportables et absolument dénuées de quelque intérêt que ce soit. C'est avec soulagement qu'apparaît enfin le générique et que le spectateur peut alors réactiver (s'il y parvient) son cerveau.

Note : 0 / 10

Vu le 8 mars 2008



       


Julien Lepage
2017