J̇ulien Leρɑɡe

Retour   Retour


Le rire du Cyclope
Bernard Werber
2010

Précédent
Suivant
Le rire du CyclopeComme chaque année en octobre, Bernard Werber sort un nouvel ouvrage. Parfois un roman, parfois un recueil de nouvelles, parfois autre-chose… Mais tout de même ! Un ouvrage par an, quelle imagination !
C’est ce que l’on aurait pu croire… mais en lisant ce livre, un sentiment de déjà-vu se fait de plus en plus présent : en effet, Le rire du Cyclope est tout simplement la version longue d’une de ses nouvelles parues dans Paradis sur mesure, sorti deux ans plus tôt !
Pire : non content de recycler ses nouvelles, l’auteur ne se donne même pas la peine de la choisir puisqu’il n’a eu qu’à relever le résultat d’un sondage mis en place sur son site Internet !
Bref, revenons-en au livre lui-même… Le Cyclope est un humoriste, personnalité préférée des français…
Bon, comme toujours, Bernard Werber a une perception très personnel du goût des autres. Cet artiste que tout le monde adore est un blondinet vêtu d’un costume rose, borgne (d’où le nom), avec un cœur qui clignote dans l’orbite du globe disparu. Outre son look très moderne, le comique a bâti son humour et sa réputation sur une idée simple : jouer des blagues sur scène !
D’après l’auteur, donc, si Guy Montagné avait été homosexuel, il aurait été la personnalité préférée des français ! Il s’en est fallu de peu…
L’humoriste, donc, au sommet de sa carrière, est pris d’un rire violent dans sa loge et s’effondre, mort (de rire). Deux journalistes, Lucrèce Nemrod (malgré ses airs, ce nom n’est pas une anagramme) et Isidore Katzenberg mènent l’enquête. On retrouve donc ici le duo de choc, héros du Père de nos pères et de L’ultime secret, pour une aventure… euh… prévisible.
Tombant plus profond encore dans la facilité, l’auteur publie un roman sur le rire ; sorte de clin d’œil à ses lecteurs pour leur faire comprendre qu’il se moque d’eux.

Note : 3 / 10

Lu le 19 décembre 2010




       


Julien Lepage
2018