Julien
Lepage

Retour   Retour


Décompte
Julien Lepage

Précédent
Suivant
Décompte
[ douze minutes ]

Bonjour, je m’appelle Guillaume et j’aurai dix-huit ans aujourd’hui.
Depuis ma plus tendre enfance, je cache un secret que j’aimerai partager avec vous avant qu’il ne soit trop tard. Je dispose depuis toujours d’une faculté surhumaine, d’un don, ou d’une malédiction, selon le point de vue. Je suis capable de lire l’avenir. Mon avenir, pour être plus exact. Je me suis rendu compte assez tard (vers six ans) du caractère unique de ma capacité, et j’ai mis du temps avant de parvenir à exploiter cet outil au maximum de son pouvoir, et surtout, là où je suis assez fier de moi, c’est que j’ai réussi à garder secrète cette aptitude jusqu’à aujourd’hui, ce qui, je dois l’avouer, n’a pas toujours été facile, mais en préservant secrète cette information, j’ai pu éviter tous les ennuis qui en aurait découlés – à commencer par la convoitise qu’elle aurait pu engendrer.

[ sept minutes ]

Cependant, mon pouvoir possède une restriction de taille que j’ai remarquée pour la première fois vers mes douze ans que je constate depuis chaque jour un peu plus. Il faut dire qu’avec une capacité comme celle-ci, la vie d’un homme en est particulièrement bouleversée, au point que je ne fais rien comme tout le monde, à commencer par ma scolarité où chaque contrôle de connaissances était pour moi sujet au déploiement d’un nouveau moyen de tricherie, et il faut dire qu’il est pour moi extrêmement simple de tricher dans la mesure où si, par exemple, je décide de me lever et de jeter un coup d’œil assurément peu discret sur la copie de mon voisin – et qu’à coup sûr, ce comportement signifierait mon exclusion de cette matière –, ayant connaissance de mon avenir, je saurai certes que je me ferai passablement enguirlander, mais je saurai aussi quelles auraient été les renseignements que j’aurais glané sur ladite copie voisine, et de ce fait, je peux virtuellement copier sur tous les élèves de ma classe sans même bouger de ma chaise ou détourner mes yeux de ma copie ; je suis de fait omniscient.

[ cinq minutes ]

Pour en revenir au défaut de ma vision, je disais que ma vie était sérieusement différente de celle des autres êtres humains, au point que je ne sais si je saurai vivre autrement… Pourtant, j’ai constaté que la « distance » (au terme temporel du terme) à laquelle je peux voir (la portée de ma vision futuriste) avait une limite. Et cette limite est fixée à une date, à une heure précise, et les heures s’égrènent à un point que je vois cette limite se rapprocher constamment de moi.

[ trois minutes ]

Il se trouve que cette limite est l’heure de ma naissance, dix-huit ans plus tard, ce qui symbolise ironiquement mon passage à l’âge adulte. La fin de mon enfance, et avec elle, de mon pouvoir, de mon mode de vie si particulier.
Je deviendrais un être humain comme tous les autres. Un simple mortel. Un hère comme tant d’autres.

[ deux minutes ]

Je ne sais pas quelle sera ma réaction lorsque mes visions cesseront.
Ce sera d’ailleurs la première surprise que j’aurais de toute ma vie. Est-ce qu’une surprise peut être agréable ? Je ne le sais pas, mais j’ai peur.

[ une minute ]

J’ai même très peur… Que vais-je devenir ? Serais-je capable de survivre dans ce monde inconnu dans lequel je vis depuis toujours ?

[ fin ]


Note : 0 / 10

le 1 janvier 1970

Le 12 juillet 2007


       


Julien Lepage
2017