J̇ulien Leρɑɡe

Retour   Retour


L’emmerdeur
Francis Veber
2008

Précédent
Suivant
L’emmerdeurEn 1973, Francis Veber écrit le scénario de L’emmerdeur, qui sera adapté à l’écran par Édouard Molinaro.
L’histoire est simple : un tueur à gages prend une chambre dans un hôtel, avec vue sur le palais de justice dans le but de liquider un homme qui doit y être conduit. Seulement, la chambre d’à côté est occupée par un emmerdeur suicidaire !
Francis Veber a eu envie d’adapter son scénario à l’écran à sa sauce. Alors les modifications sont assez mineures dans l’ensemble : l’emmerdeur n’est plus vendeur de chemises mais photographe, l’emmerdé transporte son fusil de manière un peu plus discrète, plan Vigipirate oblige ; de plus, il change de prénom, passant de Ralf à Jean. Le docteur (qui a piqué sa femme à l’emmerdeur) s’appelle Wolf et plus Fuchs (enfin on reste dans le canin). Bref, les changements sont légers.
Alors c’est sûr que la plus grosse différence, ce sont les acteurs. On passe d’un duo Jacques Brel / Lino Ventura à un duo Patrick Timsit / Richard Berry. Alors, oui, c’est sûr que ça a moins de gueule, mais quand on revoit le film de 73, on se rend compte qu’il a quand même mal vieilli ! Autant les films policiers de Lino Ventura ont gardé leur cachet grâce aux répliques de Michel Audiard et à l’accent parisien, autant ce genre de comédies françaises tourne vite au ridicule ; surtout quand on voit la façon de jouer très théâtrale des acteurs de l’époque.
Le film a donc subi un relooking et une modernisation qui ne lui font pas de mal. Pour le reste, la trame générale restant la même que celle de l’original, il n’y a pas de vraie surprise. Ceux qui se souviennent bien du premier n’auront pas de réel intérêt à aller voir celui-ci… Autant le voir à la télé, pour l’anecdote. Sinon, ça reste bien sûr du Francis Veber, donc c’est très drôle, parfois touchant. Pour ceux qui ne connaissent pas, je conseillerai plutôt celui-ci, le premier ayant – comme je le disais – vieilli.

Note : 4 / 10

Vu le 10 décembre 2008




       


Julien Lepage
2018