Julien
Lepage

Retour   Retour


Erreurs de jeunesse ?
Julien Lepage

Précédent
Suivant
Erreurs de jeunesse ?— Commissariat du XIIe, bonjour.
— Oui, allô, Rachid Parbois. Je vous appelle car j’ai un petit souci au niveau de mon casier judiciaire.
— Ne quittez pas, je vous passe l’inspecteur Ben Harfek…

[musique d’attente]

— Oui, bonjour ?
— Bonjour monsieur l’inspecteur, je vous appelle car j’ai un problème avec mon casier judiciaire.
— Oui, quel est il ?
— En fait, voilà, je souhaite passer un entretien d’embauche pour un poste important, et le test inclus un examen du caser judiciaire, alors comme vous le savez certainement, la CNIL autorise un droit d’accès (et éventuellement de rectification) des données que vous avez me concernant.
— Effectivement, monsieur est bien renseigné. Pourriez-vous m’indiquer votre numéro de sécurité sociale, s’il vous plait ?
— Bien sûr, il s’agit du 1 18 03 93 005 124 32.
— Monsieur Rachid Parbois, né le 21 mars 2018 à Aulnay-sous-Bois ?
— Oui, c’est bien cela.
— Alors, voyons voir… Nous avons une amende de six euros pour détention d’héroïne en août 2025…
— Oui, ça, vous pouvez supprimer, ça doit sûrement être une erreur.
— Voilà, oui… Ensuite, nous avons un braquage à main armée dans un garage en 2027, pour une condamnation de trois mois avec sursis.
— Ah, ça… J’avais oublié… Boah, je n’ai pas été recondamné dans cette période de sursis, donc ça annule. Vous pouvez supprimer ça aussi.
— Tout de même, il y a eu deux morts…
— Certes, mais si vous vous souvenez de l’affaire (on en avait beaucoup parlé dans les médias), les deux hommes était des sympathisants du Front National.
— Oh ! Au temps pour moi. C’est bon, la ligne est supprimée… Et enfin, nous avons, plus récemment, une condamnation à trois jours de travaux d’intérêt général avec sursis pour un détournement de seize millions d’euros au sein de la compagnie Peugeot.
— Hum… C’est tout ?
— Oui, c’est votre dernière condamnation.
— Bien. Pour ne pas éveiller les soupçons, il vaut mieux laisser cette affaire… Mettez plutôt que j’ai détourné 16 euros, et que j’ai été condamné à 10 000 euros d’indemnité à l’entreprise.
— Enfin monsieur, ce ne sera pas crédible.
— Oui, effectivement. Dans ce cas, faites ce que je vous ai dit, mais changez Peugeot. Mettez McDonald.
— Choix judicieux. Ce sera tout ?
— Oui, très bien, je vous remercie.
— Tout le plaisir a été pour nous. Le commissariat du XIIe arrondissement vous remercie d’avoir fait appel à ses services, et nous vous souhaitons une agréable fin de journée. Et une bonne chance pour votre entretien !


Note : 0 / 10

le 1 janvier 1970

Le 9 juillet 2007


       


Julien Lepage
2017