J̇ulien Leρɑɡe

Retour   Retour


Love Hina
Ken Akamatsu
2001

Précédent
Suivant
Love HinaLove Hina est un manga de Ken Akamatsu en 14 tomes, paru entre 1998 et 2001, à mi-chemin entre le shōnen (manga pour garçons) et le shōjō (manga pour filles).
L’histoire est celle de Keitarō, un jeune homme de 19 ans qui rêve d’intégrer Tōdai (Tōkyō daigaku, l’une des plus prestigieuses universités du Japon). Seulement, il a déjà raté deux fois le concours d’entrée, mais il est bien décidé à réussir cette fois-ci ; d’ailleurs, pour mieux travailler, il décide de venir vivre à Tōkyō, dans l’auberge de sa grand-mère. Mais en y arrivant, il apprend que sa grand-mère est partie faire le tour du monde, que l’hôtel est devenu une pension pour jeunes filles et qu’il est nommé gérant du lieu !
S’en suit donc toute une série d’aventures rocambolesques, centrées autour de la maladresse du héros, des sept (au départ) jeunes filles qui vivent à la pension, mais aussi autour de la promesse que le héros avait fait quinze ans plus tôt à une fille : celle de se retrouver un jour à Tōdai. Problème : il ne se souvient ni du visage ni du nom de cette fille !
Au final, on a là une belle histoire aussi drôle qu’émouvante. On peu regretter cependant que l’histoire qui se déroule sur tout le tome 13 soit vraiment décalée par rapport au reste de l’aventure par son côté irréaliste. Au contraire, le reste de l’œuvre est justement très intéressant par l’immersion dans la culture japonaise. À l’instar de GTO, on apprend beaucoup sur les mœurs nippones, mais alors que GTO se concentre sur l’univers lycéen, Love Hina nous peint le monde des étudiants qui n’a vraiment rien à voir avec ce que l’on peut vivre en France ! En fait, en lisant ça on se rend compte que la France est vraiment un pays de sauvages !
Finalement, Love Hina raconte simplement une histoire de tous les jours, mais avec talent. À lire, pour les fanatiques de culture nippone. Et puis bon, avec les 14 tomes, neufs, trouvés à 30 euros sur eBay, il n’y a pas à hésiter !

Note : 6 / 10

Lu le 8 décembre 2008




       


Julien Lepage
2018