Julien
Lepage

Retour   Retour


Livraison spéciale
Julien Lepage

Précédent
Suivant
Livraison spécialeCela faisait maintenant trois mois que le capitaine du « Sans coup férir » était revenu de sa mission sur Xòlotl et s’était vu décerné, pour lui et son équipage une somme rondelette qui permit d’une part au vaisseau de s’offrir un coup de jeune que l’on peut qualifier de bienvenu, et d’autre part aux hommes de l’équipage – et particulièrement à Kéo Nervénoë – d’arrondir leurs fins de mois et profiter de leur présence sur Aràcan, capitale marchande de l’univers, pour dépenser toute leur cagnotte – démontrant ainsi, si besoin était d’en apporter la preuve, le génie marchand de Mankh Gêmoran, président de la CMG. Cet argent fut dépensé principalement en équipement high-tech pour le vaisseau, qui fut doté d’une très utile mise à jour du système de navigation, et pour anecdote, quelques semaines seulement après leur aventure, les coordonnées de la planète Xòlotl étaient présentes dans la liste des 2 845 planètes disponibles (contre 2 123 pour l’ancienne version). Le reste des gains fut dépensé dans divers produits rares disponibles dans cette capitale, comme des combinaisons spatiales de facture assez exceptionnelle ou des spécialités culinaires locales parmi lesquels il serait impensable de ne pas citer les fameux tripodes grillés, dont la saveur ne se délecte qu’ici, mais dont on peut entendre vanter les arômes à l’autre bout de l’univers, et rares sont les spationautes ayant suffisamment voyagé pour avoir le privilège de mettre le pied sur Mercurus, tant la localisation de cette planète s’avère isolée dans le cosmos.

Cependant, le repos de l’équipage ne fut que de courte durée, car à deux jours de la date annoncée de leur départ, le président Gêmoran les fit convoquer dans son bureau, au capitole. Kéo avait tout d’abord pensé que sa convocation avait trait à la mission exceptionnelle qu’il s’était vu confier, mais sa désillusion fut prompte, car dès son entrée dans le bureau désormais familier du président, ce dernier lui annonça qu’il avait à nouveau besoin de lui, et que, conquis par ses exploits récents, il avait décidé de le promouvoir capitaine des forces spéciales de l’aéromarchande, titre exceptionnel s’il en est, puisqu’à vrai dire, il a été spécialement créé pour lui et son équipage, et cette nomination signifie avant tout une hausse de salaire, ce qui en soit justifie largement d’accepter l’offre, mais parallèlement, cela signifie un travail incomparablement plus intéressant dans la mesure où d’une part, l’équipe du « Sans coup férir » côtoiera des personnalités sans communes mesures dans l’univers, mais surtout – et c’est ce qui motiva finalement le plus l’équipage, même comparativement à la hausse de salaire – ce poste leur permettrai de visiter des planètes d’une diversité incommensurable.
Bien entendu, cette promotion s’accompagnait d’un désagrément – assez justifié cependant – puisque les hommes du capitaine Nervénoë étaient contraints d’appareiller dès que possible pour une nouvelle mission au caractère un peu spécial, dont l’objectif consiste en une banale livraison, mais (il faut bien que la création du poste soit un tant soit peu justifiée), la livraison devrait se faire à une personne spéciale puisque le destinataire n’était ni plus ni moins que l’empereur Derkem VI, dont les terres couvrent une étendue jamais égalée dans l’Histoire de l’humanité, englobant des dizaines de galaxies.
La capitale de ce vaste empire se situe à près 25 parsecs de Mercurus, sur la planète naine de Kaïdara, la seule planète entièrement constituée d’or connue, et sur laquelle si situe le Kaïdara Gigas, le palais du mystérieux empereur Derkem VI, dont on dit que moins de dix personnes peuvent se vanter d’avoir jamais vu son visage, depuis les deux ans – à peine – qu’il a été placé sur le trône.
La mission consistait simplement à lui remettre un colis dont le contenu justifia l’obligation donnée à Kéo par le président Gêmoran de signer une clause de confidentialité extrêmement stricte quant à son contenu, mais également quant à tout ce qu’il serait susceptible de découvrir ou même d’apercevoir sur Kaïdara.

La mission se déroula sans aucun problème, et à vrai dire, personne dans l’équipage ne comprenait vraiment la raison de cette sécurité si ardemment déployée, et ils n’éprouvèrent même pas de difficulté à obtenir à entretien auprès de l’empereur – bien que naturellement leurs papiers aient prudemment vérifié et que seul Kéo fut autorisé à rencontrer le puissant souverain.
D’ailleurs, pendant que celui-ci remettait son colis à l’empereur, l’ensemble de l’équipage n’avait qu’une hâte : savoir de quoi il retournait, et on peut affirmer qu’ils ne furent pas déçus. Ce que reporta le capitaine Kervénoë était au-delà de toutes les espérances, et de tous les rêves possibles. Enfin, tous comprirent pourquoi tant de précautions avaient été prises : l’empereur Derkem VI est un enfant de 12 ans qui attendait impatiemment la dernière console de jeux…

Note : 0 / 10

le 1 janvier 1970

Le 15 juillet 2007


       


Julien Lepage
2017