J̇ulien Leρɑɡe

Retour   Retour


Le monde de Narnia : l’odyssée du Passeur d’aurore
Michael Apted
2010

Précédent
Suivant
Le monde de Narnia : l’odyssée du Passeur d’auroreRéalisé par Michael Apted, auteur du Monde ne suffit pas, ce troisième opus des aventures à Narnia était porteur d’espoir. En effet, la saga venait d’être abandonnée par les studios Disney au profit de la 20th Century Fox. En clair, le film allait probablement être destiné à un public moins jeune que les deux précédents.
Évidemment, on retrouve les acteurs des deux précédents volets, à l’exception de William Moseley et Anna Popplewell (Peter et Steven Susan) qui se contenteront de brèves apparition. Coup de bol, ces deux acteurs étaient les moins bons du quartet. Ils sont ici remplacés par Will Poulter qui tient le rôle de l’insupportable cousin Eustache.
Quelques temps après leurs aventures en compagnie du prince Caspian, Edmund et Lucy (Skandar Keynes et Georgie Henley) sont à nouveau envoyés à Narnia, en compagnie de leur cousin. Ils se trouvent donc projetés sur le Passeur d’aurore ; splendide navire dirigé par Caspian lui-même, avec une nouvelle mission à la clef.
Sur le scénario, aucune surprise, évidemment. Tout reposait donc sur les effets visuels (particulièrement l’utilisation de la 3D) et sur le jeu des acteurs combiné à la direction du réalisateur. Sur ces deux points, on peut dire que cette odyssée aura été une bonne surprise.Le scénario étant ce qu’il est – à savoir l’adaptation d’un roman pour adolescents – le film reste borné à un cadre bien précis mais le réalisateur aura clairement su laisser son empreinte à cet épisode en lui donnant un caractère dramatique supérieur - bien qu’encore clairement naïf – et en insistant sur le côté action / aventure et même fantastique du film à l’aide d’effets spéciaux présents et intelligents qui se gardent d’être omniprésents voire étouffants comme on peut le voir de plus en plus dans le cinéma hollywoodien.
Bref, ce troisième volet est une agréable surprise qui comblera les fanatiques des deux précédents et qui pourra plaire aux spectateurs plus réservés.

Note : 7 / 10

Vu le 10 janvier 2011




       


Julien Lepage
2018