J̇ulien Leρɑɡe

Retour   Retour


Total recall
Paul Verhoeven
1990

Précédent
Suivant
Total recallGrand classique du cinéma de science-fiction, Total recall est l’adaptation par Paul Verhoeven (RoboCop, Basic instinct) de la nouvelle Souvenirs à vendre du génial Philip K. Dick. Non sans évoquer Eternal sunshine of the spotless mind, le thème du film est la manipulation des souvenirs ; mais alors que le film de Michel Gondry narre un futur proche où l’on peut se faire ôter de désagréables souvenirs, ici, c’est dans un futur plus lointain que l’on peut se faire implanter des souvenirs factices. Justement, Arnold Schwarzenegger, avec son maigre salaire, sa voit interdit tout espoir de réaliser son rêve : aller sur Mars. Heureusement, la société Rekall propose pour un prix modeste des souvenirs d’un voyage sur Mars ! Mieux : ces souvenirs sont entièrement personnalisables. Le culturiste autrichien n’hésite pas : il rêve déjà d’une aventure extraconjugale (sa femme, Sharon Stone, est peut-être trop blonde pour lui ?), d’une identité cachée d’agent secret, d’aventure, de danger !
Wazaaaaa !
Wazaaaaa !
Mais alors que l’implantation débute, un incident survient : c’est un échec ! L’homme, déçu, est remboursé. Peu de temps après, il apprend que l’incident était volontaire. On a essayé de le tuer, car il est en réalité un agent secret dont la mémoire a été effacée ! Sa femme est un agent double qui cherche à l’éliminer, et une mystérieuse brune (Rachel Ticotin) lui sauve la vie et l’entraîne avec elle sur Mars.
Évidemment, la question qui se pose est de savoir si cette aventure est réelle ou s’il s’agit d’un souvenir implanté !
Comme souvent chez Philip K. Dick, on joue sur la limite floue entre réalité et imaginaire, et pour le coup, Totall recall fait ça très bien ! Outre l’interprétation convaincante des protagonistes, le film regorge d’éléments visuels forts qui deviendront cultes (la barmaid à trois seins, le chef de l’organisation martienne clandestine, et surtout, Schwarzie qui prend une bonne bouffée d’air martien !).
Bref, ce film est devenu une vraie référence pour le cinéma de SF ! À voir !

Note : 8 / 10

Vu le 18 juillet 2010




       


Julien Lepage
2018