J̇ulien Leρɑɡe

Retour   Retour


Le visage de Dieu
Igor et Grichka Bogdanov
2010

Précédent
Suivant
Le visage de DieuSouvent très critiqués sur leurs compétences réelles, les frères Bogdanov prennent cette fois-ci des pincettes en écrivant cet ouvrage de vulgarisation en multipliant les sources. Les bas de pages surchargés indiquent clairement cette volonté de ne faire que traduire la réalité scientifique.
Le sujet d’étude des jumeaux tourne encore une fois autour des origines de notre univers ; et plus précisément autour d’une phrase prononcée par Georges Smoot, prix Nobel de physique, à propos des premières images transmises par le satellite COBE : « pour les esprits religieux, c’est comme voir le visage de Dieu ».
Cette fameuse image transmise par COBE est celle du rayonnement fossile. En clair, il s’agit de la carte de l’univers tel qu’il était environ 380 000 ans seulement après le big bang. Pour un homme de 100 ans, c’est comme si l’on prenait une photo de lui âgé d’à peine 1 jour.
D’un point de vue religieux, donc, c’est comme si l’on voyait l’univers tel qu’il a été dessiné par Dieu.
Carte du rayonnement fossile fournie par COBE, puis améliorée par WMAP
Carte du rayonnement fossile fournie par COBE, puis améliorée par WMAP
Heureusement, l’objet du livre n’est pas le créationnisme, mais consiste plutôt, pour sa première partie, à un historique de ce fameux rayonnement ; depuis sa découverte en 1964 à la carte livrée par WMAP en 2003 – en attendant Planck qui commence tout juste à récolter de l’information.
Après ce passionnant voyage à travers l’histoire scientifique, les auteurs nous invitent à la réflexion sur les débuts de l’Univers. Évidemment, c’est aux philosophes et non aux astronomes de répondre à cette question, mais qu’importe.
Enfin, puisque quitte à écrire un livre, autant proposer une théorie personnelle, les frères s’essayent à une hypothèse de multivers parfaitement invérifiable, mais amusante d’un point de vue intellectuel.
Bien écrit et agréable à lire, le livre des médiatiques jumeaux s’adresse évidemment à des amateurs et non à quelque théoricien avide de formules mathématiques. Cela n’est pas un tort.

Note : 7 / 10

Lu le 22 décembre 2010




       


Julien Lepage
2018