J̇ulien Leρɑɡe

Retour   Retour


Le fils à Jo
Philippe Guillard
2010

Précédent
Suivant
Le fils à JoLe rugby avait déjà été mis à l’honneur sur grand-écran avec la sortie d’Invictus un an plus tôt. Le sport était alors traité à son plus haut niveau : une finale de coupe du monde. Ici, pas de spectateurs par milliers, pas de fans déchaînés, pas d’enjeu politique. Dans le film, Doumiac est un petit village du sud-ouest où le ballon ovale est le centre de toutes les attentions ; particulièrement au sein de la famille Cannavaro où l’on est joueur professionnel de père en fils.
Un père (Gérard Lanvin), ancien champion, voudrait justement voir son fils (Jérémie Duvall) suivre ses traces… mais le jeune garçon, pourtant amateur de rugby, ne parvient pas à gérer la pression que lui fait subir son père et décide d’arrêter la pratique de ce sport.
Très simple scénaristiquement, le film va pourtant plus loin que ça. Il s’agit en réalité de tranches de vies, animées avec talent par une troupe d’acteurs aussi habiles que naturels. Olivier Marchal et Vincent Moscato vivent réellement leurs rôles du Chinois et de Pompon, amis d’enfance du père désabusé.
Pas passionnant narrativement, donc, Le fils à Jo reste le témoignage de gens simples au grand cœur ; une vraie famille sportive. Bref, un film « détente ».

Note : 7 / 10

Vu le 2 mars 2011




       


Julien Lepage
2018